Retour

L'ESPACE PROPRE POUR DEMAIN

L'ESPACE PROPRE POUR DEMAIN

L'ESPACE PROPRE POUR DEMAIN

L'ESPACE PROPRE POUR LA GÉNÉRATION DE DEMAIN

Des millions d'objets flottent autour de la Terre. Des projets de collecte sont en cours. Mais il faut aussi arrêter de créer de nouveaux débris !

L'HOMME CHERCHE LA SOLUTION POUR DÉPOLLUER L'ESPACE

LES FAITS
Le satellite européen RemoveDebris vient d'accomplir une prouesse: il a harponné des débris spatiaux. En septembre 2016, il avait déjà déployé un fi let. D'autres expériences seront tentées pour capturer des débris et les neutraliser.

COMPRENDRE
Les débris sont de plus en plus nombreux dans l'espace.
« Les plus gros, s'ils retombent sur Terre, peuvent faire courir des risques aux populations. Heureusement, à ce jour, il n'y a jamais eu de victime identifiée, note Christophe Bonnal, expert senior à la direction des lanceurs du Cnes. Par ailleurs, ils risquent d'abîmer des satellites opérationnels en entrant en collision avec eux. Et ces collisions génèrent souvent de nouveaux débris…»
Pour éviter ces objets, l'ISS effectue plusieurs manœuvres par an, très coûteuses.
Les débris sont très surveillés. « Ceux de plus de 10 centimètres peuvent être suivis par des radars ou des télescopes. Ainsi, la France dispose à Dijon d'un très gros radar. Et le Cnes gère trois télescopes pour scruter l'orbite géostationnaire », poursuit l'expert.

La priorité au niveau mondial est d'appliquer la réglementation pour réduire le nombre de nouveaux débris (exemple: interdiction de détruire volontairement des satellites dans l'espace). La France est le premier pays à s'être doté d'une loi à ce sujet.
« Et il faut tout faire pour éviter les explosions et les collisions en orbite. Des règles du Cnes sont appliquées pour tous les lanceurs européens. Et le Centre spatial de Toulouse travaille en continu pour éviter les accidents avec les satellites sous notre responsabilité, explique Christophe Bonnal. Le but n'est pas de détruire les débris en orbite, car cela risquerait d'en créer encore plus. Il faut contrôler leur destruction en dirigeant volontairement leur entrée dans l'atmosphère au-dessus d'une zone inhabitée comme le sud du Pacifique.»

S. L

« LE BUT N'EST PAS DE DÉTRUIRE CES DÉBRIS EN ORBITE,
CAR CELA RISQUERAIT…
D'EN CRÉER ENCORE PLUS
. »

--> LES DÉBRIS SPATIAUX

Que sont les débris spatiaux ? 
Ce sont des débris créés par l'homme : d'anciens satellites, des parties de fusées ayant servi à les envoyer dans l'espace et beaucoup de fragments de toutes tailles provenant d'explosions ou de collisions en orbite. La plupart se déplacent à grande vitesse, environ 28 000 km/h (cela représente 16 fois le tour de la Terre en 24 heures). À cette vitesse, même un tout petit objet peut causer de gros dégâts.

Où sont-ils 
La plupart sont en orbite basse, dans les zones les plus utiles pour les satellites, entre 600 et 1 000 km d'altitude. C'est là que se trouvent la majorité des satellites artificiels destinés à l'observation de la Terre, l'étude de l'environnement et la météorologie. D'autres se trouvent en orbite géostationnaire : télécommunications, défense… 

Que deviennent-ils ?
Les objets les plus bas retombent vers la Terre au bout de quelques mois. Le plus souvent, ils brûlent et se détruisent en entrant dans l'atmosphère. Ceux placés en orbite à environ 800 km le restent pendant environ 200 ans. Les plus hauts, eux, y resteront des millions d'années. 

Un peu de vocabulaire...
Atmosphère :
 couche de gaz entourant la Terre.
Orbite : trajectoire courbe suivie par un corps (astre, objet spatial…) autour d'un autre objet plus gros (astre…) dans l'espace. L'orbite basse se situe à moins de 2000 km d'altitude, l'orbite géostationnaire se trouve à 36000 km au-dessus de l'équateur.
Cnes : Centre national d'études spatiales. Agence chargée d'élaborer le programme spatial français et de le mettre en œuvre. L'ESA est l'agence spatiale européenne et la Nasa est l'agence spatiale américaine.
ISS : sigle anglo-saxon désignant la Station spatiale internationale. Placée en orbite basse à 400 km d'altitude, elle est habitée en permanence par un équipage international qui se consacre à des recherches scientifiques dans l'espace.
Lanceur : fusée capable d'envoyer une charge (satellite, sonde…) dans l'espace.

Page réalisée par le journal L'ACTU du 3 avril 2020, éd. Playbac Presse, en collaboration avec le Cnes.


Le programme janv-juin 2020

Télécharger

Feuilleter