Feuilletez le programme !

Feuilleter
Télécharger

 

Retour

Lumières sur le Quai 2018 - Interview Laurent Chicoineau

Lumières sur le Quai 2018

Lumières sur le Quai 2018

Pleins feux sur la lumière

3 questions à... Laurent Chicoineau, directeur du Quai des Savoirs

L'événement « Lumières sur le quai » a été initié fin 2015, avant même l'ouverture de l'établissement, pour mettre un coup de projecteur sur le projet en construction. Pourquoi renouveler cette manifestation, alors que le Quai des Savoirs fêtera ses 3 ans en février prochain ?

Il y avait une grande attente à Toulouse, à l'époque, pour venir découvrir ce nouveau lieu baptisé Quai des Savoirs, qui ne serait pas vraiment un musée, ni un centre culturel traditionnel. Lumières sur le Quai avait donc vocation à préparer l'ouverture et traduire l'état d'esprit de tous les acteurs du projet : culturel et scientifique bien sûr, mais aussi festif, convivial, familial et créatif.
L'opération a si bien marché qu'elle a été reconduite l'année suivante (2016). Puis en 2017, « Lumières » a commencé à prendre une nouvelle signification dans la programmation du Quai des Savoirs : celle de clôturer la saison événementielle, en s'inscrivant à la fin de l'expo Planète Mer, présentée pendant la Fête de la science. Cette année, nous avançons encore d'un cran, pour marquer fortement ce nouveau rendez-vous toulousain comme un dialogue entre les arts et les sciences.

D'où vient le choix de la thématique « Lumière et technique » pour cette 4ème édition ?

D'abord, nous avons eu envie de nous intéresser au thème de la lumière lui-même. Car il ne s'agit plus seulement de mettre le projecteur sur le Quai des Savoirs, mais d'amorcer la réflexion sur le sujet qui sera au coeur de notre prochaine grande exposition, Luminopolis, qui sera dévoilée en avant-première pendant cette édition de Lumières sur le Quai. Ensuite, la lumière est un thème qui nous concerne toutes et tous : nous en faisons quotidiennement l'expérience sous différentes formes. Et la plupart de ces formes font appel à des techniques pour la produire, la capter, la distribuer, la modifier, jouer avec et l'exploiter. Depuis la photographie ou le cinéma, jusqu'à l'holographie 3D en passant par le laser, la lumière est un thème idéal pour croiser artistes, scientifiques, techniciens et citoyens. Nous sommes heureux de présenter cette année une création de Clément Boghossian, de vidéomapping, pour le Quai des Savoirs.

Cette volonté de croiser des artistes avec des scientifiques et les publics s'applique-t-elle uniquement à l'événement « Lumière sur les Quai » ou envisagez-vous de développer le concept dans d'autres activités du Quai des Savoirs ?

Nous passons tranquillement à la « saison 2 » du Quai des Savoirs, c'est-à-dire à une nouvelle phase, après les 2 premières années de lancement. Dans cette nouvelle étape, nous allons faire plus de place encore aux arts, à la création contemporaine. Non pas pour nous transformer en centre d'art, mais parce que l'art participe de l'expérience humaine de la connaissance. Nous apprenons aussi grâce aux émotions – et ce sont des neuroscientifiques très sérieux qui l'avancent. Et puis les artistes peuvent nous aider à penser, à nous représenter les nouveaux territoires que les sciences explorent et toutes les questions qui en émergent, de l'éthique à la pratique.
Donc oui, attendez-vous à de nouvelles découvertes artistiques, créatives et scientifiques dans les mois qui suivent ! De ce point de vue, Lumières sur le Quai n'est qu'une mise en bouche.


//Pour aller plus loin : consulter le dossier de presse Lumières sur le Quai 2018