Africa2020

Africa2020

Recycler, réparer, réutiliser... pour réinventer le futur

Le Quai des Savoirs s'engage dans la saison internationale Africa2020, portée par l’Institut français, avec l'accueil en résidence de deux artistes ougandais qui travaillent à partir de déchets et de matériaux qu’ils recyclent, au bénéfice de communautés locales.

Africa 2020
Recycler, réparer, réutiliser... pour réinventer le futur
Créations collectives au Quai des Savoirs

Au Quai des Savoirs, on pratique depuis toujours l’union des arts et des sciences. C’est la raison pour laquelle nombre d’artistes y viennent en résidence de création. Cette année, le Quai des Savoirs a décidé de s’inscrire dans la saison internationale Africa2020, portée par l’Institut français, en accueillant à partir du 26 mai deux artistes ougandais. Ils auront trois semaines pour réaliser, avec la participation active de partenaires locaux, deux installations monumentales. Elles seront exposées à la Prairie des Filtres pendant le festival Rio Loco, lui aussi à l’heure africaine, du 13 au 20 juin prochain.

Bruno Ruganzu et Hellen Nabukenya sont deux éco-artistes ougandais. Qu’il s’intéresse à la création de sculptures, de mobiliers ou d’installations urbaines, comme Bruno Ruganzu, ou à l’univers de la mode et du textile, comme Hellen Nabukenya, tous deux font preuve d’un engagement social fort. Ils en font bénéficier les communautés locales qu’ils impliquent dans le développement même de leurs projets, à Kampala. Ils travaillent l’un et l’autre à partir de déchets et de matériaux qu’ils recyclent, ré-emploient et transforment, traduisant cette culture « maker », qui s’est développée en Afrique depuis longtemps pour faire face aux nécessités économiques et environnementales. Des pratiques qui intéressent et inspirent aujourd’hui un nombre croissant de créateurs et d’entrepreneurs dans les pays du Nord, où l’innovation rime de plus en plus avec circuits locaux et responsabilité environnementale et sociale. C’est cette opportunité de rencontre et de partage de savoirs entre Afrique et Europe, entre Kampala, capitale de l’Ouganda, et Toulouse, que le Quai des Savoirs invite à saisir, à travers l’accueil en résidence de création de Bruno Ruganzu et Hellen Nabukenya.

La saison Africa passe par l’éclectisme des propositions et le croisement des disciplines

Le Quai des Savoirs a donc décidé de s’inscrire dans la saison Africa2020, portée par l’Institut français, aux côtés, notamment, du Muséum, de la Cité de l'espace, du festival Rio Loco et des Abattoirs. Cette saison met en valeur, à Toulouse, la dimension contemporaine et future de l’Afrique par le biais des sciences et des arts. Plus que jamais, l’ensemble du monde partage des défis communs, climatiques et sanitaires notamment, pour lesquels la recherche scientifique et les artistes ont un rôle majeur à jouer. Comment les sciences et les arts africains peuvent-ils contribuer, au 21e siècle, à transformer les sociétés ? À quels défis majeurs l’Afrique est-elle confrontée et comment les appréhende-t-elle ? Ces défis concernent l’ensemble de la planète qui se trouvera impactée par les développements que les pays africains vont engager. Chercheurs, artistes ou citoyens, mobilisés pour construire un avenir meilleur, sont donc invités tout au long de cette saison pour parler de leurs projets.

Un projet porté par la culture « maker »

Le projet Repair, recycle, reuse to rebuild the future porté par Bruno Ruganzu et Hellen Nabukenya, s’appuiera sur la participation d’habitants, d’associations et de makers de la métropole, en interaction avec des Fablabs locaux et des acteurs culturels et industriels. L’idée est de partager les savoirs, savoir-faire et expériences liés à la fabrication d’objets et d’œuvres issus du recyclage. Mais au-delà de la réalisation des œuvres proprement dites, il s’agit aussi de réfléchir aux enjeux et conséquences du développement technologique, d’échanger autour des concepts d’innovation frugale, de promouvoir les filières de recyclage et de réemploi, de réinventer les liens entre le Nord et le Sud, de mettre en valeur la création artistique féminine comme vecteur d’émancipation.

→ Ces deux œuvres collectives seront installées et présentées lors du festival Rio Loco, du 13 au 20 juin à la Prairie des Filtres, en présence des deux artistes.

--

Hellen Nabukenya, artiste plasticienne, accompagne des collectifs de femmes ougandaises à travers des pratiques artistiques liées à la couture et au textile. Ses œuvres, installations monumentales ou tableaux patchwork colorés, sont réalisées à partir de textiles recyclés ou d’objets trouvés. Au-delà de sa pratique, Hellen Nabukenya est aussi une tisseuse de liens et d’histoires. Pour sa résidence, elle poursuivra la confection d’une immense tenture collective réalisée en partie par des femmes ougandaises, puis finalisée à Toulouse. Le travail autour de cette œuvre permettra aux communautés féminines d’Afrique et de France d’échanger et de partager.


Crédit : Wasswa Donald August
 

Bruno Ruganzu, artiste engagé pour la cause environnementale, a notamment imaginé et créé des dispositifs de jeux pour les enfants à partir d’éléments recyclés, pour réinvestir l’espace public de Kampala en Ouganda. Pour sa résidence toulousaine, il souhaite rendre hommage à « Luzira Head », une des plus anciennes sculptures en céramique subsahariennes jamais découverte en Afrique sur le territoire actuel de l’Ouganda. Cette sculpture est exposée aujourd’hui au British Museum. Pour ce faire, il propose de réaliser, en lien avec les Fablabs de la métropole, une reproduction géante de cette statuette, à partir de déchets électroniques et plastiques récoltés sur place.


Crédit : Bruno Birgit Fostervold

--

⇒ Cette résidence sera accompagnée de deux rencontres publiques :

  • Le 1er juin 2021 au Quai des Savoirs autour des échanges de pratiques nord/sud en matière d’innovation frugale et de développement local, avec la participation des deux artistes et d’intervenants issus de la métropole toulousaine : Fablab d’Airbus, le Roselab, Guty. Rencontre organisée en partenariat avec la Mêlée.
  • Pendant Rio Loco, en forme de regards croisés nord/sud sur la création contemporaine entre la France et l’Afrique. Rencontre organisée en partenariat avec l’IsdaT et le festival Rio Loco.

--

Un projet porté par le Quai des Savoirs, soutenu par l’Institut français et le mécénat de Thalès

Il est construit et développé en partenariat avec le Festival Rio Loco/Direction des Musiques de la Ville de Toulouse, Roselab La Cité/Région Occitanie, le Protospace/Airbus, Créatech/Ville de Saint-Jean, le F@bRiquet/Planète Sciences Occitanie, le Propulseur/Science Animation, le FabLab La Gloire ASPAR, le Fablart/ Ville de Blagnac, le FabLab de Saint Lys, l’association Partage Faourette, le Centre social de Jolimont, le Centre social de Soupetard, l’IsdaT, la Mêlée.
Et avec l’appui de : l’atelier costume du Théâtre du Capitole, les déchetteries DECOSET, la Mission Egalité femmes hommes, la Glanerie, Syselec.
 


Crédit : GYETUVA Mathias korner


----------
Retrouvez tout le programme de la saison Africa à Toulouse :

 

⇒ Suivez la résidence au quotidien sur notre compte Instagram !
Chaque jour une nouvelle photo à découvrir, accompagnée d'une légende en français et anglais (du 26 mai au 21 juin).